2017 - Volume 65

April
January

2016 - Volume 64

October
July
April
January

2015 - Volume 63

October
July
April
January
Home arrow Archives Index arrow April 2004 arrow April 2004 - French
April 2004 - French PDF Print E-mail

 

The International Journal of Clinical and Experimental Hypnosis
Volume 52, Number 2 - April 2004 - French

 

Cam Perry, Héraclite et Hypnose: un accord parfait
Kevin M. McConkey and Peter W. Sheehan

Résumé : les auteurs rappellent les influences personnelles, intellectuelles et sociales qui se sont exercées pendant la vie de Campbell Perry (1937-2003) et sur sa recherche sur l’hypnose.  Son éducation en Australie fut le reflet d’influences de l’école primaire publique, d’une prestigieuse école secondaire privée, puis des études de 1er et 2nd cycle dans la plus vieille université australienne.  Son approche de l’hypnose fut d’abord guidée par Gordon Hammer et Philip Sutcliffe et sa vie, en général, fut influencée par John Anderson, le chef de file de la ‘Libertarian Society’, qui était la base intellectuelle d’un plus large groupe connu sous le nom de ‘The Push’ (l’impulsion/l’initiative).  Cette association se faisait, en partie, le reflet de la pensée du philosophe grec pré-socratique Héraclite, lequel enseignait que le changement était la seule réalité.  L’article résume le travail de Perry sur l’hypnose et la mémoire et survole ses apports sur les suggestions hypnotiques ininterrompues, la douleur et la chirurgie,  l’imagerie et l’hypnotisabilité.  Selon nous, Cam était un homme d’une tendre douceur qui possédait de grandes qualités humaines, y compris l’intelligence, l’intégrité et la loyauté.

 

Rôle historique de l’hypnose dans la théorie des origines du transfert.
Melvin A. Gravitz

Résumé : de l’Antiquité à nos jours, l’importance de la construction du transfert à évoluée progressivement.  Bien avant Franz Anton Mesmer,  des philosophes, des théoriciens et des professionnels de la santé ont souligné l’impact des relations interpersonnelles sur le bien-être ou la maladie. Tout en conceptualisant au fond le magnétisme animal comme un fluide physico-dynamique, Mesmer était aussi conscient de l’impact de la relation et des affects dans l’efficacité du traitement par magnétisme.  Par la suite, les néo-mesméristes, notamment Puységur et Deleuze, se sont basés sur ces théories.  Cette vision continua durant tout le 19 ème siècle et jusqu’à Freud, qui tira de sa propre expérience personnelle avec l’hypnose  la construction du transfert qui depuis est devenue une partie intégrante de la théorie psychodynamique moderne ainsi que du traitement qui en découle.

 

Quatre décennies d’échelles de groupe d’hypnose :  que nous dit la théorie ‘item-réponse’ sur ce que nous avons mesuré ?
Pamela Sadler et Erik Z. Woody

Résumé : pour surmonter les problèmes liés aux approches psychométriques précédentes d’échelles d’hypnose, les auteurs ont mis en place une analyse  ‘full information factor’ basée sur une théorie item-réponse (IRT) multi-dimensionnelle, appliquée à un échantillon vieux de 39 ans de 11 517 enregistrements provenant du Harvard Group Scale sur la prédisposition hypnotique, formulaire A (HGSHS :A).  Ils ont aussi effectué une étude similaire sur la standardisation de l’échantillon du Waterloo-Stanford Group C Scale (WSGC).  Le HSGSHS :A ressort comme « à deux facteurs », alors que le WSGC se rapproche plus de l’uni-dimensionalité. La structure « ‘facteur » et les moyens de l’HGSHS :A  a peu changé au cours des 4 décennies.  Cependant, l’analyse de l’item basée sur l’IRT basée du HGSHS :A  indique que les problèmes tels que ‘pseudo-guessing’ (devinette) sur 2 items limite la qualité du groupe d’items.  Les auteurs proposent des interprétations indépendantes des caractéristiques qui peuvent souligner la structure à deux facteurs.

 

Voir clairement : suggestion, hypnose, attention et acuité visuelle
Amir Raz, Gerald P. Marinoff, Zohar R. Zephrani, Heather R. Schweizer, and Michael I. Posner

Résumé : certaines études prétendent qu’une suggestion positive (e.g. utilisant l’hypnose) peuvent significativement améliorer l’acuité visuelle (e.g. chez les myopes).  En se basant sur des résultats comportementaux, neuro-cognitifs et ophtalmologiques, les auteurs fournissent  un rapport critique passant en revue et remettant en question certaines de ces données. Tout en reconnaissant les mérites relatifs de l’hypnose dans l’étude des phénomènes visuels,  une série d’arguments se rejoignent pour s’opposer à l’influence apparente que la suggestion peut avoir sur l’acuité visuelle. Les auteurs soutiennent que ni la suggestion, ni le phénomène hypnotique ont des chances d’améliorer la myopie de manière significative et plaident en faveur d’une attitude scientifique responsable qui devrait indiquer soigneusement ce que l’hypnose et la suggestion ne peuvent  pas faire en plus de ce qu’elles peuvent faire.  Il est probable que la faible action apparente de la suggestion sur l’acuité visuelle est possible grâce au changement dans l’attention.  Les auteurs exposent comment l’attention peut modifier l’acuité visuelle.

 

Contrôle du réel en hypnose : une étude pilote
Richard A. Bryant et David Mallard

Résumé : lors d’une étude pilote sur le contrôle du réel en hypnose, on a suggéré sous hypnose à 10 participants à haute et 10 autres à faible suggestibilité d’halluciner une forme visuelle sur un mur.  Pour la moitié des participants, une image était discrètement projetée au mur au début de la séance puis retirée ensuite.  Pour le reste des participants, l’image n’était pas projetée au début mais plus tard au cours de la séance.  Les participants ont complété une évaluation de leur croyance en la suggestion sous hypnose et ont fourni un rapport subjectif sur la suggestion lors d’une session ‘Experiential Analysis Technique’ ultérieure.  Les sujets hautement hypnotisables et à qui l’image a été projetée à la fin de la suggestion ont fourni une évaluation de croyance comparable, que l’image soit présente ou absente.  Au contraire, les sujets hautement hypnotisables à qui l’ on a projeté  l’image au début étaient moins convaincus lorsque l’image était absente que lorsqu’elle était présente.  Les sujets faiblement hypnotisables évaluaient l’hallucination plus fortement lorsque l’image était projetée au mur que lorsqu’elle ne l’était pas.  Ces données pilotes sont analysées en terme de développement d’un paradigme permettant de répertorier objectivement la réalité perçue d’expériences suggérées sous hypnose.

 
trymax курсы английского языка в москве