2017 - Volume 65

April
January

2016 - Volume 64

October
July
April
January

2015 - Volume 63

October
July
April
January
Home arrow Archives Index arrow July 2006 arrow July 2006 - French
July 2006 - French PDF Print E-mail

 

The International Journal of Clinical and Experimental Hypnosis
Volume 54, Number 3 - July 2006 - French

 

Induction d’hypnose rapide par « Allongement du doigt »: une contribution brève.
Stephan Eitner, Manfred Wichmann et Andreas Schlegel

Résumé: Cette recherche exploratoire sur l’allongement du doigt pour l’induction d’hypnose tente de déterminer si la réponse observée constitue un phénomène hypnotique ou une simple réaction physiologique. Seize volontaires ont participé à cette recherche en cinq phases. Celle-ci a mesuré les changements en termes relatifs et absolus par rapport à la longueur de chaque doigt, avant et après chaque cycle (phase). Un allongement caractéristique et statistiquement significatif a été observé pour la condition hypnotique. Par ailleurs, les conclusions suggèrent des modifications du métacarpus. Des recherches supplémentaires seront requises afin d’élucider ce phénomène apparent.

 

Opinions et attitudes culturelles concernant l’hypnose : Une enquète parmi des étudiants dans quatre pays
Joseph P. Green, Roger A. Page, Rouhangiz Rasekhy, Lissa K. Johnson et Sarah E. Bernhardt

Résumé : Cette recherche étudie les attitudes et croyances concernant l’hypnose à travers quatre échantillons d’étudiants inscrits à l’Université de la Nouvelle-Galles-du-Sud, Australie, Université de Dortmund, Allemagne (remark by translator : there is no Dortman university in Germany), Université d’Etat de l’Ohio, Etats-Unis ; et Université des Sciences Médicales de Shaheed Behesti, Iran. Un total de 280 étudiants du premier et deuxième cycle (70 dans chaque pays étudié), dans la tranche d’age de 18 à 25 ans, ont rempli trois questionnaires différents évaluant leurs opinions et croyances concernant l’hypnose. Bien que les réponses à certains items varient selon le pays, il existe une similarité remarquable à travers de nombreux items, ce qui suggère que certaines idées et attitudes concernant l’hypnose ne sont pas spécifiques à une culture.

 

Insensibilisation émotionnelle induite par hypnose : Les roles de l’hypnose et de l’hypnotisabilité
Richard A. Bryant et Amrita Kapur

Résumé : Cette recherche explore les roles de l’hypnotisabilité et de l’hypnose dans une insensibilisation émotionnelle suggerée. Trente-deux participants fortement hypnotisables et trente-deux participants faiblement hypnotisables recevaient soit une induction hypnotique, soit une induction d’éveil, puis on leur présentait des images émotionnellement perturbants ou neutres, au cours d’une suggestion visant l’insensibilisation émotionnelle ou d’une condition contrôle. La réponse émotionnelle était indexée selon l’auto-déscription du participant et la mesure par EMG de l’activité du corrugator. Les participants fortement hypnotisables présentaient des réponses émotionnelles diminuées de façon plus importante que les participants faiblement hypnotisables au cours de la suggestion d’insensibilisation émotionnelle, aussi bien selon leur auto-déscription que selon la mesure par EMG de l’activité du corrugator. Ces résultats suggèrent qu’une sensibilité élevée à l’hypnose, plutôt que l’hypnose, est un m1diateur important de l’insensibilisation émotionnelle. L’importance des différences individuelles par rapport à l’insensibilisation émotionnelle est examinée.

 

Conflit hypnotique : Une note brève
David Mallard et Richard A. Bryant

Résumé : Deux études explorent la gestion du conflit lors de l’hypnose, en augmentant discrètement la luminosité d’un stimulus visuel au cours d’une suggestion visant la cécité hypnotique par rapport au stimulus. Dans la première étude, 23 participants très hypnotisables recevaient une suggestion hypnotique visant la cécité par rapport à une lumière projetée. Pour la moitié des participants, la luminosité de la lumière était augmentée au cours de la suggestion. Des appréciations du comportement et des mesures en ligne sur échelle analogue indiquaient que les participants décrivaient une cécité hypnotique diminuée au cours de la situation de conflit augmenté. Dans la deuxième étude, 20 participants étaient soumis à la procedure non expérimentale, afin d’explorer l’impact des caractéristiques de la demande dans ce paradigme. Des résultats parallèles de l’étude 1 et de l’étude 2 indiquent que des caractéristiques de la demande pourraient expliquer la réponse au conflit hypnotique. Des limites à l’application de la procédure non expérimentale à ce paradigme et la nécessité d’études plus poussées sont examinées.

 

Hypnothérapie intensive pour arreter de fumer : Une étude prospective
Gary Elkins, Joel Marcus, Jeff Bates,M. Hasan Rajab et Teresa Cook

Résumé: Cette étude rend compte d’un essai exploratoire prospectif d’hypnothérapie intensive pour arreter de fumer. L’hypnothérapie intensive impliquait des séances individuelles multiples (8 consultations) au cours d’environ deux mois, l’individualisation de suggestions hypnotiques et une relation thérapeutique étayante. Vingt sujets étaient affectés au hasard soit à une condition d’hypnothérapie intensive, soit à une condition de contrôle sur liste d’attente. La date d’arret envisagée était d’une semaine après le début du traitement. Les patients étaient évalués par rapport à l’arrêt du tabac à la fin du traitement et après 12 et 26 semaines. L’auto-déscription d’abstinence était confirmée par une concentration de monoxyde de carbone dans l’air expirée de 8 ppm ou moins. La ratio de prévalence d’arrêt du tabac, tels que confirmés par les mesures de monoxyde de carbone pour le groupe d’hypnothérapie intensive, étaient de 40% à la fin du traitement, 60% après 12 semaines et 40% après 26 semaines (p < .05)

 

Types de suggestibilité : Liens entre compliance, suggestibilité indirecte et suggestibilité directe
ROMUALD POLCZYK ET TOMASZ PASEK

Résumé : On croit en général que la suggestibilité directe, qui se réfère à l’influence ouverte, et la suggestibilité indirecte, ou l’intention d’influencer est cachée, sont peu correlées. Cette étude démontre qu’elles sont fortement liées, pourvu qu’elles font appel à des domaines d’influence similaires. Les résultats de 103 étudiants, 55 femmes et 48 hommes, ont été soumis à des analyses de régression. La suggestibilité indirecte, telle que mesurée par l’Echelle de suggestibilité sensorielle pour groupes, et la compliance, mesurée par l’Echelle de compliance de Gudjonsson,  étaient des prédicteurs de suggestibilité directe, évaluée par l’Echelle de suggestibilité de Barber (BSS). Des analyses spectrales ont montré que la suggestibilité indirecte est correlée plus à des taches difficiles sur la BSS, mais que la compliance est correlée plus à des taches faciles sur cette échelle.

 

« Est-ce que j’ai été hypnotisé profondément ? » Prédiction de l’auto-évaluation de la profondeur de l’hypnose au moyen d’un instrument d’évaluation phénoménologique
Ronald J. Pekala, V. K. Kumar, Ronald Maurer, Nancy C. Elliott et Edward Moon

Résumé : Des procédures pour l’estimation de la profondeur de l’hypnose ont été utilisées depuis plus de 70 ans. La présente étude prédisait la profondeur auto-évaluée de l’hypnose à partir de variables phénoménologiques et comportementales de l’Inventaire de la phenoménologie de la conscience – Procédure d’évaluation hypnotique (PCI – HAP). Les participants étaient divisés en deux groupes. Un groupe servait à génerer des équations de régression et l’autre groupe servait à la validation croisée. La vivacité de l’imagérie pendant l’hypnose (suggestibilité imagoique) et la mesure PCI – pHGS de la profondeur de l’hypnose (état hypnoide) étaient responsables de la plus grande partie de la variance dans l’auto-évaluation de la profondeur de l’hypnose. Les résultats ci-desssus, étayés encore par des analyses correlationnelles et visuelles en 3-D, s’accordent avec les observations d’autres chercheurs, à savoir que les estimations de profondeur d’hypnose dépendent : (a) des altérations de l’expérience subjective ; et (b) de la perception de la réactivité aux suggestions. Ces résultats sont aussi compatibles avec l’hypothèse de J. Holroyd selon laquelle les effets de la suggestibilité et d’un état altéré interagissent afin de produire les effets hypnotiques.

 

Les effets de questions induisant en erreur et de la suggestion hypnotique de souvenirs sur le souvenir rapporté : Une analyse de la détection du signal
Alan Scoboria, Giuliana Mazzoni et Irving Kirsch

Résumé: En 2002, le premier des auteurs et des collègues ont communiqué des données indiquant que l’hypnose aussi bien que les questions induisant en erreur diminuaient l’exactitude de souvenirs rapportés et diminuaient la part des réponses « je ne sais pas », que les effets de questions induisant en erreur étaient plus importants, de manière significative, que ceux de l’hypnose, et que les deux effets s’additionnaient. En utilisant un échantillon de 164 étudiants de premier cycle, la présente étude réplique les résultats quant à la réduction de l’exactitude et des réponses « je ne sais pas », mais échoue à répliquer l’effet négatif de l’hypnose sur les souvenirs rapportés. L’analyse de la détection du signal indiquait que des questions induisant en erreur produisaient une diminution de la sensibilité, accompagnée d’un biais de réponse plus élevé, affectant toutefois la sensibilité plutôt que de créer un changement de critère.

 
trymax курсы английского языка в москве