2017 - Volume 65

April
January

2016 - Volume 64

October
July
April
January

2015 - Volume 63

October
July
April
January
Home arrow Archives Index arrow January 2008 arrow January 2008 - French
January 2008 - French PDF Print E-mail

 

The International Journal of Clinical and Experimental Hypnosis
Volume 56, Number 1 - January 2008 - French

 

La variabilité de la fréquence cardiaque en tant que mesure quantitative de la profondeur de l’état hypnotique
Solomon Gilbert Diamond, Orin C. Davis et Robert D. Howe

Résumé : Les auteurs ont cherché à savoir si la variabilité de la fréquence cardiaque pouvait servir d'outil de mesure quantitative en temps réel de la profondeur de l'état hypnotique. Cette étude a comparé la profondeur continue de l'état hypnotique autocotée (PEHA) de 10 volontaires avec des écarts relatifs au rythme cardiaque, à l’amplitude et à la fréquence, tirés d’une analyse temps/fréquence de la variabilité de la fréquence cardiaque (VFC). Les auteurs ont trouvé une relation linéaire significative entre la PEHA et la composante haute fréquence (HF) de la VFC. Plus particulièrement, la PEHA montrait une corrélation négative avec une haute fréquence, et une corrélation positive avec une amplitude de faute fréquence. Contre toute attente, la tendance temporelle moyenne dans la PEHA correspond bien (R2 = 0,99) à la réponse transitoire d’un système de premier niveau avec une constante de temps de quatre minutes. Ces résultats indiquent que la réactivité de la voie parasympathique du système nerveux autonome, tel que refétée par la VFC, pourrait bien devenir une mesure quantitative, en temps réel, de la profondeur de l’état hypnotique.

 

Un sain narcissisme et une thérapie portant sur l’état du moi
Shirley McNeal

Résumé : Le terme narcissisme est en général péjoratif et est associé à un diagnostic de trouble de la personnalité. Toutefois, un certain degré de narcissisme peut être considéré comme essentiel à la composition d’une saine personnalité. La documentation portant sur l’état du moi réfère à la maturation de l’état du moi, à la création d’états du moi utiles, à la transformation de la fonction des états du moi et au renforcement d’états du moi sains en tant que composantes du développement d’une « famille harmonieuse du moi ». Le développement d’un sain narcissisme menant à l’amour-propre chez l’individu suppose la présence de ces interventions sur l’état du moi et produisent des changements dans la structure psychique interne. Cet article explore les théories et la thérapie portant sur le sujet du développement d’un sain narcissisme, de l’estime de soi et d’un égocentrisme de bon aloi. Des études de cas font l’objet d’un résumé pour illustrer comment une thérapie portant sur l’état du moi peut constituer une partie importante de ce processus.

 

Brève communication sur l’étude de données supplémentaires au sujet de l’hypnose et de la suppression de la pensée
Richard A. Bryant et Natasha Sindicich

Résumé : Cette étude a formulé l’hypothèse selon laquelle l’hypnose pourrait favoriser la suppression de la pensée en minimisant l’effet de la charge cognitive. Vingt-huit sujets faiblement hypnotisables et 29 sujets très hypnotisables ont reçu, sous hypnose, la charge cognitive d’un numéro de six chiffres. Ces participants ont ensuite reçu ou non une suggestion de suppression d’un souvenir d'échec personnel. L’efficacité de la suppression de la pensée a été classée en fonction de l’autocotation par les sujets hypnotisés, du décodage de phrases cryptées et de l’électromyographie faciale. Les sujets faiblement hypnotisables ayant reçu la suggestion de suppression ont démontré un rebond de postsuppression durant l’épreuve de décryptage. À l’inverse, les sujets très hypnotisables n’ont montré aucun effet de rebond. Ces résultats appuient l’hypothèse selon laquelle l’hypnose favorise la suppression de la pensée.

 

Examen des lois régissant l'hypnose : Une revue de la pratique en Israël
Alex Aviv, Gilboa Dalia, Golan Gaby et Peleg Kobi

Résumé : En tant que technique thérapeutique, l’hypnose comporte des risques potentiels lorsqu’elle est effectuée par des personnes qui ne sont pas considérées comme des experts en la matière. C’est pourquoi l’Israël a été le premier pays à légiférer en matière d’hypnose. La présente étude examine l’état actuel de la pratique de l’hypnose clinique en Israël. Un questionnaire a été envoyé à 470 hypnotiseurs agréés et à 1 250 hypnotiseurs non agréés; 478 (25,7 %) des 1 720 répondants potentiels ont rempli et retourné le questionnaire. De ce nombre, 249 (51,8 %) étaient des hypnotiseurs agréés et 232 (48,2 %) n’étaient pas agréés. Parmi les professionnels non agréés, 45 % ont dit pratiquer l’hypnose; 50 % d’entre eux pratiquaient l’hypnose auprès d’adolescents et 41,2 % auprès d’enfants. Bon nombre d’entre eux (71,6 %) exercent leurs activités dans des cliniques publiques. Parmi les professionnels agréés, 94,4 % ont dit pratiquer l’hypnose dans le cadre de leur travail clinique. Les auteurs en ont conclu qu’un grand nombre d’hypnotiseurs non agréés pratiquent l’hypnose clinique, et ont suggéré des mesures visant à augmenter l’efficacité des lois dans le cadre d’un système réglementaire.

 

L’hypnose en tant que traitement adjuvant dans la gestion du diabète
Yuan Xu et Etzel Cardeña

Résumé : Malgré le fait que le diabète représente l'un des problèmes de santé les plus graves sur la planète, il ne fait encore l’objet d’aucun traitement réellement efficace. Les programmes de traitement traditionnels à l’insuline visant à améliorer la qualité de la vie des patients ne tiennent pas compte des aspects psychologiques de cette maladie. Étant donné que le diabète comporte un important volet psychologique, il semble raisonnable de considérer l’hypnose comme une thérapie complémentaire au traitement de cette maladie. Cet article examine la documentation empirique portant sur l’efficacité de l’hypnose dans la gestion du diabète, y compris la stabilisation de la glycémie, l’adhésion accrue du patient au traitement et l’amélioration de la circulation sanguine périphérique. Malgré certaines limitations méthodologiques, cette documentation montre des résultats prometteurs méritant une recherche plus approfondie. Des traitements multimodaux semblent particulièrement encourageants, avec l’hypnose utilisée comme complément aux traitements à l’insuline dans la gestion des diabètes de types 1 et 2, pour stabiliser la glycémie et réduire les complications vasculaires périphériques.

 

Langage, mysticisme et hypnotisabilité : Une brève communication 
Peter J. Adams

Résumé : Les personnes qui tentent de communiquer des expériences religieuses ou mystiques ont tendance à employer la même stratégie langagière que celle utilisée pour induire une transe hypnotique. Ces deux stratégies comprennent un langage vague fournissant aux auditeurs réceptifs la possibilité d’y incorporer leur propre interprétation. Cette étude a cherché à savoir si les personnes ayant eu des expériences mystiques ou religieuses sont plus enclines à réagir au langage de l’hypnose. On a administré à 81 sujets l’échelle de susceptibilité hypnotique du Groupe de Harvard, formulaire A, et le questionnaire de l'échelle de rapport d’expériences mystiques de Hood (échelle-M). Les sujets ont été répartis en trois groupes de taille égale selon les résultats de l’échelle-M, soit « élevés », « équivoques » ou « faibles ». Les sujets du groupe ayant obtenu des résultats élevés se sont avérés sensiblement plus hypnotisables que ceux du groupe ayant obtenu des résultats faibles. Le lien entre l’ouverture aux expériences mystiques ou religieuses et la susceptibilité à la suggestion hypnotique mérite de faire l'objet d'une recherche plus approfondie.

 

La réaction à l’hypnose et à l’illusion kinesthétique ou le manque de réaction à celles-ci, et le pendule de Chevreul
Robert A. Karlin, Austin Hill et Stanley Messer

Résumé : Dans cette étude, les sujets n’ayant pas fait de mouvement du pendule en réponse aux directives données dans le test du pendule de Chevreul (PC) ont obtenu des résultats plus faibles sur l’échelle de susceptibilité hypnotique de Stanford, formulaire A (SHSS:A), et ont dit avoir réagi de façon moins subjective à l’hypnose que les sujets qui avaient réagi au test du PC. Toutefois, les scores d’intensité au Questionnaire sur les expériences personnelles de Shor (QEP) n’ont montré aucune différence entre les groupes ayant réussi le test du PC et ceux qui y ont échoué. De plus, les sujets ayant réussi le test du PC montraient une corrélation positive entre le QEP et leurs scores d’hypnotisabilité, tandis que ceux qui l’avaient raté montraient une corrélation négative entre ces évaluations. Ces résultats appuient la notion selon laquelle l’échec au test du PC peut indiquer un refus ponctuel d'engager son imagination, plutôt qu'une incapacité totale de le faire. Des analyses complémentaires ont révélé que 5 sujets sur 10 ayant échoué au test du PC ont obtenu un score de 0 ou de 1 au test ESHS:A, tandis que, sur les 65 sujets ayant passé le test du PC, 3 seulement des sujets l’ayant réussi ont obtenu un score de 0 ou de 1 au test ESHS:A.

 

On peut trouver une explication possible de l’effet placébo dans la génétique et la neuro-imagerie de l’attention et de l’hypnotisabilité
Amir Raz

Résumé : L’effort d’attention lie la psychologie et les techniques de la neuroscience, et démontre les relations qui existent entre le cerveau et le comportement. En association avec les réseaux attentionnels, au moins trois modules cérébraux gouvernent les processus de contrôle, en faisant appel à la neuro-anatomie fonctionnelle asymétrique, à des neuromodulateurs et à des substrats psychologiques. Guidés par des théories relatives au cerveau fondées sur des données, des chercheurs ont établi un lien entre des polymorphismes génétiques spécifiques et des phénotypes bien définis, y compris ceux associés à différentes efficacités attentionnelles et à l'hypnose. Sachant que l’attention peut modifier les processus cognitifs et affectifs, des test génétiques, associés à des données de neuro-imagerie, ont permis de commencer à élucider la cause de différences individuelles. Les résultats de tests génétiques d’attention et d’hypnotisabilité permettent de répondre à des questions portant sur ce qui différencie des personnes hautement hypnotisables d'autres personnes moins facilement hypnotisables. Ces recherches pourraient déboucher sur le repérage de placébos réacteurs.

 

 

 
trymax курсы английского языка в москве