2017 - Volume 65

April
January

2016 - Volume 64

October
July
April
January

2015 - Volume 63

October
July
April
January
Home arrow Archives Index arrow October 2008 arrow October 2008 - French
October 2008 - French PDF Print E-mail

 

The International Journal of Clinical and Experimental Hypnosis
Volume 56, Number 4 - October 2008 - French

 

La contribution apportée à l’hypnose par Ramón y Cajal et d’autres auteurs espagnols
JOSÉ SALA, ETZEL CARDEÑA, Mª CARMEN HOLGADO, CRISTÓBAL AÑEZ, PILAR PÉREZ, ROCÍO PERIÑÁN ET ANTONIO CAPAFONS

Résumé : Les auteurs ont passé en revue les plus importantes contributions apportées à l’hypnose par des auteurs espagnols au cours des XIXe et XXe siècles, particulièrement celle de Santiago Ramón y Cajal, lauréat du Prix Nobel de médecine en 1906. Il est maintenant généralement accepté que M. Ramón y Cajal a établi les fondements de la neuroscience moderne, grâce à ses publications sur la coloration neuronale et la transmission synaptique. Ce que l’on a omis de mentionner dans la plupart des comptes rendus de ses travaux, c’est l’intérêt qu’il a toujours porté à l’hypnose, ainsi que ses travaux sur l’hypnose et les phénomènes anormaux. Cet article résume cet héritage perdu, parle d'autres pionniers espagnols de l'hypnose et donne un bref aperçu des activités ayant cours actuellement en Espagne sur le sujet de l’hypnose.

 

Expériences hypnotiques paradoxales dans la fuite de dilemmes contraignants : Un exemple clinique
WALTER TSCHUGGUEL  ET  MARLENE E. HUNTER

Résumé : Le choix que nous faisons parmi des options contradictoires peut avoir peut avoir des répercussions importantes sur nos décisions définitives. Ce type de choix est fréquemment associé à des sentiments de désespoir, de dépression ou encore à la douleur chronique. À titre d’exemple, un modèle est présenté portant sur un cas où le souvenir d’expériences de choix contradictoire précédentes a été utilisé dans le traitement d’une patiente souffrant de douleurs pelviennes chroniques. Ce cas résume la façon dont des expériences précédentes paradoxales peuvent servir de substrats au changement comportemental, lequel peut ensuite permettre à une personne d’intégrer ces expériences de façon personnelle et graduelle, sans effort conscient.

 

Normes israéliennes du questionnaire de l’échelle de susceptibilité hypnotique du Groupe de Harvard, formulaire A (HGSHS:A)
PESACH LICHTENBERG

Résumé : Une version hébraïque du questionnaire de l’échelle de susceptibilité hypnotique du Groupe de Harvard, formulaire A (HGSHS:A), a été administrée à 283 sujets. Leurs réponses ont été comparées avec celles du questionnaire original administré en anglais aux États-Unis, au Canada et en Australie, ainsi qu’avec celles obtenues aux versions du questionnaire traduites en suédois, roumain, italien, finlandais, danois, espagnol et allemand. Leurs résultats moyens étaient semblables à ceux obtenus au Canada et en Australie, quoique inférieurs à ceux obtenus dans les autres pays. Aucune différence n’a été relevée entre les sexes. Le taux de passage aux items individuels était semblable ou inférieur à celui des autres pays. La fiabilité des items étaient semblable à celle des autres versions non anglaises. Les auteurs présument que ces résultats légèrement inférieurs peuvent avoir été causés par la présence d’un nombre important de sujets à chaque séance. Dans l’ensemble, les résultats obtenus en Israël sont cohérents avec les échantillons de référence.

 

L’hypnotiseur dans l’interaction hypnotique : L’impact de la première impression sur la perception d’hypnotisabilité
SUSANNE WHITEHEAD, PATRICIA NOLLER ET PETER W. SHEEHAN

Résumé : La perception qu’a l'hypnotiseur des signes et des comportements des participants à une séance d'hypnose a été examinée dans le cadre d'une étude phénoménologique approfondie axée sur l’influence du degré d’hypnotisabilité du participant et de la personnalité de l’hypnotiseur. Deux hypnotiseurs et 124 participants (63 hypnotisables et 61 non hypnotisables) ont pris part à cette étude. Deux versions modifiées de la Technique d’analyse expérientielle (TAE) ont été employées. Une version comprenait une nouvelle modification selon laquelle l’hypnotiseur et le sujet participaient ensemble à une séance au cours de laquelle ils étaient soumis à la TAE. Dans l’autre version, l’hypnotiseur participait seul à la TAE, selon une modification existante de cette technique. Les résultats obtenus confirment des travaux antérieurs montrant la nature active et sensible de la participation de l’hypnotiseur, et souligne l’importance particulière de la première impression dans la formation de l’opinion que l’hypnotiseur se fait de l’hypnotisabilité du participant. Les résultats montrent les difficultés inhérentes au rôle de l’hypnotiseur. Ces travaux indiquent que, d’une façon générale, il faut accorder plus d’attention à la nature du rôle de l’hypnotiseur et à ce que cela implique pour notre compréhension du processus relationnel en hypnose.

 

Impression de déjà-vu en laboratoire : Une comparaison comportementale et expérimentale d’amnésie posthypnotique et de connaissance posthypnotique
AKIRA R. O’CONNOR, AMANDA J. BARNIER ET ROCHELLE E. COX

Résumé : Cette expérience avait pour but de simuler un sentiment de déjà-vu en laboratoire. Durant l’hypnose, un groupe de sujets hautement hypnotisables ont fait un casse-tête, puis ont reçu une suggestion posthypnotique d’amnésie visant à leur faire oublier ce jeu (état APH). Un autre groupe de sujets hautement hypnotisables n’a pas eu à faire le casse-tête, mais a reçu la suggestion posthypnotique de connaissance préalable de ce jeu (état CPH). Après la séance d’hypnose, le même casse-tête a été remis à tous les participants et il leur a été demandé de décrire leur réaction face au jeu. Bien que 83 % des participants des deux groupes aient répondu positivement à leurs suggestions respectives, un plus grand nombre de participants du groupe soumis à l’état CPH ont ressenti une impression de déjà-vu. Une interrogation fondée sur la Technique d’analyse expérientielle (TAE) a révélé que les participants avaient ressenti une fascination et une confusion sensorielles quant à l’origine de leur sentiment de connaissance préalable, semblables à l’impression ordinaire de déjà-vu. Ces résultats soulignent l'importance d’utiliser l’hypnose comme équivalent en laboratoire de l’impression de déjà-vu et fournit un cadre de travail pour l’examen des manifestations cliniques de ce phénomène.

 

L’hypnose en réalité virtuelle dans le traitement de la douleur névropathique chronique : Un compte rendu
BRENT J. ONEAL, DAVID R. PATTERSON, MARYAM SOLTANI, AUBRIANA TEELEY ET MARK P. JENSEN

Résumé : Ce compte rendu évalue l’hypnose en réalité virtuelle (HRV) dans le traitement de la douleur névropathique chronique chez une patiente dont les autres traitements avaient échoué depuis cinq ans. Cette patiente a pris part à un essai d’HRV d’une durée de six mois, et l’intensité des douleurs et des malaises ressentis avait diminué en moyenne de 36 % et de 33 % respectivement, tout au long des 33 séances du traitement. Elle a de plus indiqué n’avoir ressenti aucune douleur pendant une durée moyenne de 3,86 heures, et une diminution de la douleur pendant une durée moyenne de 12,21 heures à la suite de ces séances, et ce, pendant toute la période du traitement d’HRV. Cette diminution de la douleur et la durée des effets du traitement d'HRV ont été supérieures à celles obtenues par des traitements d'hypnose standards (non en RV). Toutefois, la diminution de la douleur obtenue à la suite des traitements d'HRV ne durait pas très longtemps. Ces résultats soutiennent l’efficacité potentielle d’un traitement d’HRV pour aider les personnes souffrant de douleur chronique réfractaire.

 
trymax курсы английского языка в москве