2017 - Volume 65

April
January

2016 - Volume 64

October
July
April
January

2015 - Volume 63

October
July
April
January
Home arrow Archives Index arrow July 2005 arrow July 2005 - French
July 2005 - French PDF Print E-mail

 

The International Journal of Clinical and Experimental Hypnosis
Volume 53, Number 3 - July 2005 - French

 

Attention et Hypnose : substrats neuronal et association génétiques de deux processus convergeants.
Ras Amiz

Résumé : bien que l’attention soit un thème central en science psychologique, les chercheurs en hypnose intègrent rarement des découvertes sur l’attention dans leur travail. De même que pour d’autres systèmes biologiques, l’attention a une anatomie distinctive qui accomplit des fonctions psychologiques de base. Des états, des drogues, des blessures cérébrales particuliers peuvent influencer les réseaux de l’attention. Des investigations de ces réseaux, utilisant les techniques modernes de neuro-imagerie ont révélé d’importants méchanismes impliqués dans l’attention. Dans cet ère génomique, l’approche génétique peut complémenter ces techniques de neuro-imagerie. Technologie de plus en plus viable et peu coûteuse, la recherche de génotype vient en complément du phénotype : les essais exploratoires génétiques offrent un insight des bases génétiques à la fois de l’attention et de l’hypnotisabilité. Cet article parle des différents aspect des méchanismes de l’attention et de leur neuro-anatomie sous-jacente lorsqu’ils sont liés à l’hypnose. Basée sur des données des réseaux de l’attention, la neuro-imagerie et la génétique, ces résultats devrait aider à expliquer les différences individuelles d’hypnotasibilité et des systèmes neuronales favorisant l’hypnose.

 

Accélération : Définition de l’Hypnose de la division 30 de l’APA 2003.
Joseph P. Green, Arreed F. Barabasz, Deirdre Barrett, and Guy H. Montgomery

Résumé : cet article décrit la rationalité et le processus de développement d’une nouvelle définition de l’hypnose par la Société d’Hypnose Psychologique, division 30 de l’Association Américaine de Psychologie. Les implications à la fois théoriques et pratiques ont amené à la production d’une définition qui soit plus dirigé vers l’information des cliniciens, des chercheurs et du public en général. La définition est présentée à la fin de l’article.

 

L’importance d’être constant lorsque l’on crée des définitions : science et scientisme ne sont pas la même chose.
Michael R. Nash

Résumé : La définition de l’hypnose par la division de l’APA (American Psychological Association to Association Americaine de Psychologie.) est louable à certains égards. Par exemple, le comité définit à juste titre l’induction comme ni plus ni moins une suggestion qui suit la partie introductive. Cependant, la définition bute sur son manque de prise de position, à savoir est-ce que le mot « hypnose » doit être prononcé pendant la procédure ? Ce faux-fuyant est la porte ouverte aux modèle de recherches qui distinguent un groupe hypnotique d’un groupe contrôle par le fait que le mot « hypnose » soit ou non employé dans le protocole. Ces sont des modèles vers un opérationisme naif ; ils n’apportent rien de nouveau sur la nature humaine ou sur l’hypnose. Le domaine a droit à une définition heuristique qui préserve le pluralisme et qui sera resistant à un écran téflon d’une définition préemptive. Nous avons besoin d’une définition qui reconnaît nos concepts dans ce qu’ils ont d’incomplet, qui génère un champ d’action épistémologique et qui permet à nos théories « d’atteindre » leur but.

 

Préférences pour les décrypteurs de l’hypnose : communication brève
Ciara C. Christensen

Résumé : des décrypteurs alternatifs de la capacité à faire l’expérience de l’hypnose, et la description des phénomènes qui y sont liés ,apparaissent dans la littérature en cours. Une enquête auprès de membres publiés de la Société pour l’Hypnose Clinique et Experimentale (SCEH) a été effectué afin de déterminer leurs préférences. Les décrypteurs dérivaient de façon empirique d’articles du Journal International d’Hypnose Clinique et Expérimentale ainsi que d’une contribution du Comité Executif de la SCEH. Les participants ont aussi mentionné leur principale conceptualisation théorique de l’hypnose. L’hypnotasibilité a été choisie presque 4 fois plus que le choix suivant (la susceptibilité) comme décripteur de talent hypnotique. L’hypnose en tant que ‘état identifiable’ a été choisi plus de 4 fois plus souvent que la version sociocognitive. Ce dernier résultat suggère que la notion discutable qui veut que l’hypnose soit essentiellement un état, est à présent partagée par seulement une poignée.


Traitement de problèmes psychologiques dans un cadre médical: les premiers soins/ le médecin généraliste en tant que système de santé mentale de facto et le rôle de l’hypnose.
Rodger Kessler.

Résumé : la comorbidité entre maladie somatique et psychologique est associée à un statut de faible santé, de gestion médicale compliquée, d’une utilisation croissante et de plus en plus coûteuse des services médicaux. Les praticiens en hypnose spécialisés en psychologie ou psychiatrie traitent de tels patients épisodiquement car il y a une plus grande probabilité pour que ces patients à problèmes psychologiques soient pris en charge uniquement dans le cadre des ‘premiers soins’ (par leur médecin généraliste). Envoyer un patient de médecine générale à une consultation dans le système de santé mentale n’aboutira probablement pas à un traitement psychologique ou hypnotique. En même temps, l’intégration simultanée d’un traitement médical et hypnotique par le médecin généraliste prouve un plus fort taux de mise en oeuvre du traitement et des résultats médicaux meilleurs. Bien qu’il soit prouvé empiriquement que l’hypnose rend plus efficace beaucoup de traitements médicaux, si les praticiens en hypnose ne pratiquent pas sur les lieux même, alors les patients n’ont pas accès à une intervention hypnotique efficace pour un co-traitement des problèmes médicaux.

 

L’échelle de groupe de susceptibilité hypnotique d’Harvard: exactitude de l’auto-évaluation et de la mémoire des items.
Jarred Younger, David D. Kemmerer, Justin D. Winkel, and Michael R. Nash

Résumé : alors que des études précédentes montraient un accord modérement élevé entre les résultats ‘auto-évalués’ et ‘évalués par un observateur’ sur l’échelle de groupe de susceptibilité hypnotique d’Harvard, formulaire A (HGSHS :A), ces études avaient en commun un biais de recherche, à savoir que les participants savaient qu’ils étaient observés. Dans cette nouvelle étude, des complices ont effectué des observations discrètes d’un groupe de participants sous hypnose. Suite à la procédure hypnotique, les participants devaient indiquer s’ils se souvenaient ou non de chaque items et devaient effectuer un auto-compte-rendu de leur réponse hypnotique. L’étude a évalué l’exactitude de l’auto compte-rendu de participants quand ceux-ci n’étaient pas conscients d’être observés. 32% des participants n’arrivaient pas à se souvenir d’au moins un item de la séance d’hypnoe, suggérant que l’inabilité à se souvenir d’un item est un phénomène commun. Lorsque les participant rapportaient ne pas se souvenir d’un item, l’exactitude de l’auto évaluation était ni plus ni moins due au hasard.

 

Norme mexicaine pour l’échelle de susceptibilité hypnotique de Stanford, Formulaire C
Omar Sánchez-Armáss and Arreed F. Barabasz

Résumé : sont présentées ici les données normatives de l’adaptation mexicaine de l’échelle de susceptibilité hypnotique de Stanford, Formulaire C (SHSS :C) 27 évaluateurs ont administré cette échelle à 513 volontaires mexicains. La distribution des scores, l’analyse d’items et la fiabilité du SHSS :C sont présentées et comparées à d’autre études de normes internationales. Ces résultats montre que l’adaptation mexicaine du SHSS :C a des propriétés psychométriques tout à fait comparables à celles des échantillons de références hollandais, allemands, italiens ou américains. Cependant, la moyenne élevée de l’échantillon suggère que les mexicains pourraient avoir une plus forte facilité à un comportement hypnotique et par conséquent ils seraient des candidats idéaux pour des interventions hypnotiques améliorant les options de santé actuellement disponibles.

 
trymax курсы английского языка в москве