2017 - Volume 65

April
January

2016 - Volume 64

October
July
April
January

2015 - Volume 63

October
July
April
January
Home arrow Archives Index arrow January 2001 arrow January 2001 - French
January 2001 - French PDF Print E-mail


The International Journal of Clinical and Experimental Hypnosis
Volume 49, Number 1 - January 2001 - French

 

Traitement par hypnose de la douleur du membre fant™me ŽvaluŽe par Pet-Scan.
Gunnar RosŽn, Frode Willoch, Peter Bartenstein, Niels Berner et Sigmund R¿sj¿

RŽsumŽ : Dans une Žtude prŽliminaire de 2 patients souffrant de douleur du membre fant™me (PLP), des suggestions hypnotiques ont ŽtŽ employŽes pour modifier et contr™ler la perception du membre fant™me, et la tomographie d'Žmission de positron (pet-scan) a ŽtŽ employŽe pour classer des voies fondamentales et des zones impliquŽes dans le traitement d'une expŽrience fant™me de membre (PLE) et de PLP. Les expŽriences subjectives de la douleur des patients ont ŽtŽ enregistrŽes par questionnaire semi-structurŽ. Les rŽsultats de Pet-Scan ont dŽmontrŽ l'activation de zones connues comme Žtant responsables de l'activitŽ sensorielle et motrice. Les expŽriences subjectives enregistrŽes de PLP et de mouvement correspondaient aux configurations prŽvues d'activitŽ du cerveau. Ce travail aide ˆ clarifier les corrŽlations du systme nerveux central au niveau des sensations de membre fant™me, dont la douleur. Il suggre en outre que l'hypnose puisse tre utilisŽe dans les protocoles de traitement du syndrome du membre fant™me.

 

ExpŽriences phŽnomŽnologiques associŽes ˆ la susceptibilitŽ hypnotique.
Katalin Varga, Emese J—zsa, ƒva I. B‡nyai, Anna C. Gšsi-Greguss, & V. Krishna Kumar

RŽsumŽ: Aprs l'utilisation d'une traduction hongroise de l'Žchelle hypnotique de susceptibilitŽ de Stanford, forme C (SHSS:C), 104 sujets hongrois ont rempli la traduction hongroise de la PhŽnomŽnologie de l'inventaire de conscience (PCI). Des sujets avaient ŽtŽ Žgalement ŽtudiŽs par l'Žchelle de groupe de Harvard de la susceptibilitŽ hypnotique, forme A (HGSHS:A) environ d'une semaine ˆ deux mois avant le SHSS:C. La configuration des corrŽlations entre l'hypnotisabilitŽ (mesurŽe par le HGSHS:A et le SHSS:C) et les 5 facteurs du PCI Žtait tout ˆ fait semblable ˆ celle des travaux prŽcŽdents menŽs ˆ bien en utilisant les versions anglaises sur des sujets aux Etats-Unis. Les points de SHSS:C et de HGSHS:A se sont corrŽlŽs de manire significative avec les facteurs de PCI de contr™le dissociŽ, l'affect positif, et l'attention aux facteurs de processus internes. En plus, les points de SHSS:C se sont corrŽlŽs de manire significative avec le facteur visuel de langage visuel, comme cela a pu tre prouvŽ dans les travaux prŽcŽdents.

 

Ponction lombaire et hypnose. ProcŽdure de contr™le de la souffrance chez des patients dŽments.
Eric P. Simon et Monique M. Canonico

AbrŽgŽ: Les ponctions lombaires sont souvent essentielles ˆ la gestion mŽdicale des patients prŽsentant une pathologie organique suspectŽe, elles engendrent tant de dŽtresse que le risque mŽdical est sensiblement augmentŽ, le rapport patient est sensiblement diminuŽ, compromettant ainsi davantage le traitement mŽdical. Bien que l'utilisation de l'hypnose pour des ponctions lombaires soit bien Žtablie chez les patients de pŽdiatrie, aucune littŽrature n'existe pour les patients adultes. De mme, il n'y a aucune recherche existante concernant l'hypnose pour des patients atteints de dŽmence, probablement en raison des facteurs limitant l'attention et de l'altŽration de la concentration. En ayant ces facteurs ˆ l'esprit, une mŽthode pour incorporer l'hypnose dans un procŽdŽ de ponction lombaire est dŽcrite pour un patient d'adulte phobique d'aiguille souffrant de la dŽmence.

 

Influence anxiolytique et mŽtabolique de l'hypnose, relaxation autogne et le repos au calme.
Ann Wertz Garvin, Malani R. Trine, et William P. Morgan

RŽsumŽ : La prŽsente Žtude a examinŽ l'influence de l'hypnose, de la relaxation autogne, et du repos silencieux sur les Žtats affectifs choisis et le mŽtabolisme. L'influence de la position de corps (assis contre en supination) sur ces mmes mesures de rŽsultats a ŽtŽ Žgalement ŽtudiŽe. L'inquiŽtude, la tension, et l'humeur globale ont ŽtŽ ŽvaluŽes avant et 30 minutes aprs chaque traitement, et la consommation d'oxygne a ŽtŽ mesurŽe sans interruption. L'Žtat d'inquiŽtude, la tension, et une mesure gŽnŽrale d'humeur Žtaient sensiblement rŽduits ˆ la suite de chaque intervention, mais la consommation d'oxygne n'a pas variŽ, sauf de petits changements passagers observŽs pendant les exercices physiques exŽcutŽs dans l'Žtat d'hypnose. On conclut qu'effectuer une simple induction d'hypnose ˆ des sujets sains entra”ne une rŽduction de l'Žtat d'inquiŽtude et une amŽlioration de l'humeur proportionnŽe aux effets entra”nŽs par la formation autogne et le repos silencieux et que ces effets se produisent en position en supination et assise.

 

Est-ce qu'une cognition nŽgative peut tre corrŽlŽe ˆ l'hypnotisabilitŽ ? Etude prŽliminaire.
Daniel David, Brenda King, et Jeffrey Borckardt

RŽsumŽ : La rŽponse hypnotique peut dŽpendre de la capacitŽ d'empcher les stimulus non pertinents qui Žvoquent des rŽponses incompatibles avec des buts actuels (entre le rŽsultat d'un stimulus qui entraine une distraction ou diminue sa rŽponse) afin de mettre ˆ jouractivement l'information- t‰che appropriŽe. Dans une conception simple de corrŽlation, les auteurs ont ŽtudiŽ le rapport entre l'inhibition cognitive (cognition nŽgative) et la rŽponse hypnotique. Une corrŽlation statistiquement significative a ŽtŽ obtenue entre l'ampleur de la cognition nŽgative (mesurŽe dans le temps de latence) et des rŽponses hypnotiques (r = 491). Les limitations de ces Žtudes prŽliminaires et leur implication pour les travaux futurs sont discutŽes.

 
trymax êóðñû àíãëèéñêîãî ÿçûêà â ìîñêâå